Skip to content

Category: Français

Parcourez les articles, essais et oeuvres de nos contributeurs francophones.

“La source de la honte est aussi celle des plus grandes voluptés”. Horreurs et puissances du désir – Léa Beauchemin-Laporte

Le roman Méduse (2020) de Martine Desjardins donne à voir « l’expérience subjective de la laideur, considérée dans sa double polarité : d’une part telle qu’elle est vécue par ceux que l’on considère comme laids et, d’autre part, telle qu’elle est éprouvée par celui qui ressent une impression de laideur et désigne une personne comme laide ». La narratrice, surnommée Méduse, y est désignée comme un être abominable. À travers son récit, elle nous donne accès au regard que celleux qui la trouvent hideuse portent sur elle, mais aussi au sien, rempli de honte.

Lire la romance – Lune Wagner

Il est parfois reproché à la romance de perpétuer des stéréotypes misogynes comme la glorification de la féminité (au désavantage de l’esprit, de l’intelligence ou de l’humour), ou bien la soumission des femmes dans les scènes érotiques. Alors, pourquoi lire la romance lorsqu’elle semble participer à l’enracinement d’une société sexiste  ? 

Parlons punk ? – Lune Wagner

Prends un café et ton imagination, je t’emmène à Olympia, capitale de l’État de Washington. On est dans les années 70 lorsqu’un nouveau campus pointe le bout de son pavillon : l’université publique d’Evergreen.

“L’Archiviste” de Celia Perrin Sidarous – Marie-Hélène Durocher

L’exposition L’Archiviste se présente, à première vue, comme un véritable collage à même les murs du musée McCord, où se côtoient objets et images tirés de la collection du musée et de la collection personnelle de l’artiste. Mais il en est bien plus, Celia Perrin Sidarous y met efficacement en relation l’Histoire et les histoires, l’historique et l’anodin.